Technique d’induction de James Braid

Un petit article pour revenir aux sources de l’hypnose, avec la fameuse induction par fixation du regard de James Braid – avec une dédicace spéciale à ceux qui attendent avec impatience le démarrage de leur formation en hypnose, sagement confinés chez eux – mais passionnant aussi pour tous les autres bien entendu ;).

J’aimerais donc partager avec vous une des plus anciennes techniques d’induction de l’hypnose classique, la fameuse induction de James Braid. Notez que James Braid est l’inventeur du terme « hypnotisme », qui est à l’origine de « l’hypnose » contemporaine. Il a su dépasser les croyances basées sur les rituels de passes magnétiques.

Simple et efficace, James Braid a compris l’essence de ce qu’est réellement l’hypnose et le somnambulisme : la concentration l’absorption, le mono-idéisme… Sa technique repose essentiellement sur la focalisation, et… l’activation de l’imaginaire. Mais ça, James Braid n’en avait pas encore totalement conscience, me semble-t-il… Vous trouverez la technique ci-dessous. Passionnant de voir d’où on vient, n’est-ce pas ? Notez que cette technique de fixation du regard reste très efficace, en complément à d’autres techniques et les nombreuses astuces que vous aurez le loisir de découvrir dans les prochaines semaines au cours de votre formation… 🙂

Voici donc la technique d’induction par fixation du regard de James Braid

Extrait du livre Hypnose ou traité du sommeil nerveux de James BRAID– 1943

« Je vais maintenant exposer la méthode dont j’use pour provoquer les phénomènes.

Prenez un objet brillant quelconque (j’emploie habituellement mon porte-lancette) entre le pouce, l’index et le médius de la main gauche ; tenez-le à la distance de 25 à 45 cm des yeux, dans une position telle au-dessus du front que le plus grand effort soit nécessaire du côté des yeux et des paupières pour que le sujet regarde fixement l’objet.

Il faut faire entendre au patient qu’il doit tenir constamment les yeux fixés sur l’objet et l’esprit uniquement attaché à l’idée de ce seul objet.

On observera qu’à cause de l’action synergique des yeux, les pupilles se contracteront d’abord ; peu après elles commenceront à se dilater, et après s’être ainsi considérablement dilatées et avoir pris un nouveau mouvement de fluctuation, si les doigts indicateurs et médians de la main droite, étendus et un peu séparés, sont portés de l’objet vers les yeux, il est très probable que les paupières se refermeront involontairement avec un mouvement vibratoire.

S’il n’en n’est pas ainsi, ou si le patient fait mouvoir les globes oculaires, demandez-lui de recommencer, il faisait entendre qu’il doit laisser les paupières tomber quand, de nouveau, vous porterez les doigts vers les yeux, mais que les globes oculaires doivent être maintenu dans la même position et l’esprit attaché à la seule idée de l’objet au-dessus des yeux.

Il arrivera, en général, que les yeux se fermeront avec un mouvement vibratoire c’est-à-dire, d’une façon spasmodique. Après un intervalle de 10 ou 15 secondes, en soulevant doucement les bras et les jambes, on trouvera que le patient, s’il est fortement affectée, a une disposition à les garder dans  la position où ils ont été placé.

S’il n’en est pas ainsi, demandez-lui, d’une voix douce, de maintenir les membres étendus ; de la sorte, le pouls ne tardera pas à s’accélérer beaucoup, et les membres, au bout de quelques temps, deviendront rigide et involontairement fixes. On trouvera aussi que, à part la vue, toutes les impressions des sens spéciaux, y compris les sensations de chaud et de froid, celle d’activité musculaire ou de résistance et certaines facultés mentales sont d’abord prodigieusement exaltés, comme il arrive dans les effets primitifs de l’opium, du vin ou de l’alcool. Toutefois après un certain moment, cette exaltation fonctionnelle est suivie d’une dépression beaucoup plus grande que la torpeur du sommeil naturel. (1)

Les sens spéciaux et les muscles peuvent passer instantanément, les uns, de la plus profonde torpeur, les autres de la rigidité tonique à la condition opposée d’extrême mobilité et de sensibilité exaltée ; il suffit de diriger un courant d’air sur l’organe ou les organes que nous désirons exciter, ou les muscles que nous désirons rendre souples et qui avaient été dans un état cataleptique.

Par le seul repos, les sens rentreront dans leur premier état. Je me déclare absolument incapable d’expliquer le modus operandi du courant d’air qui produit des effets aussi extraordinaires, mais je n’ai aucune difficulté à reproduire ces mêmes effets par le même moyen, que le courant d’air soit produit par les lèvres, par un soufflet, par le mouvement de la main, ou par un objet inanimé quelconque. L’étendue à la soudaineté de cette transition sont telles qu’il faut les voir pour en admettre la possibilité. »

(1) Note :

« Je désire appeler l’attention sur les points suivants : nombre de personnes perdent de vue le fait que la première période de cette hypnotisme artificiel est une période d’excitation avec conservation de conscience et de docilité, s’imaginent qu’elle ne sont pas affectées ; cependant, pour tous ceux qui comprennent la théorie, l’accélération du pouls, l’expression de particulière inscrite sur toute la personne, et d’autres symptômes caractéristiques, ne laissent aucun doute sur l’ existence de ce phénomène. Je considère comme très imprudent de porter l’hypnotisation à sa période ultérieure, c’est-à-dire jusqu’à la torpeur, lors d’un premier essai. Il y a de plus une grande différence dans la susceptibilité des sujets a l’impression névro-hypnotique ; quelques-uns arrivent à l’état de rigidité et d’insensibilité en peu de minutes tandis que d’autres, entrant facilement dans la période primaire, peuvent à peine être amené à la période ultérieure, à l’état de rigidité et de torpeur. Il est aussi très important de noter que de nombreux cas de guérison remarquable et définitive en eu lieu, sans que l’hypnotisation ait jamais dépassé l’état de conscience.« 

Dominik

  1. […] Il découvre que l’hypnotisme est produit par une concentration sur une cause physique. Durant ses expériences, il utilise la fixation d’un objet brillant comme technique d’induction. […]

  2. […] Technique d’induction de James Braid […]

  3. Sandy left a comment on 24 mars 2020 at 21 h 23 min

    Merci pour ce bel article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.