Compétences et critères d’évaluation des Praticiens en communication éricksonienne et Coachs solutionnistes

1. Conscience de soi 

La conscience de soi n’est pas spontanément une connaissance de soi. Elle n’est pas non plus une connaissance scientifique car l’être humain ne peut pas être objectivé. Accéder à une conscience de soi, c’est accéder à la lucidité de sa propre subjectivité, et à la considération qu’autrui est un alter ego.

La conscience de soi repose ainsi sur une lucidité concernant ses comportements, capacités, croyances et valeurs, c’est une attention particulière aux relations que l’on engendre.

Le parcours de formation amène à développer une meilleure conscience de soi, de par l’expérimentation des outils, d’un travail sur soi tout le long du parcours, mais aussi au travers d’un travail personnel et de supervision tout le long de sa vie professionnelle.

2. Respect du cadre éthique et déontologie du Praticien

Il s’agit essentiellement de la connaissance et du respect du cadre légal et règlementaire dans la pratique de la communication éricksonienne et du coaching. Le Praticien en communication éricksonienne ne peut accepter que des missions relevant du cadre de ses compétences. Il ne prodigue pas de psychothérapie, pas de soin, pas de diagnostic, pas de prescriptions, pas de travail d’analyse du passé. Il donne à son travail une orientation présent/futur, construit sur des objectifs de changements.

Le Praticien doit démontrer sa capacité à expliquer clairement le cadre de travail à son client. La communication est orientée sur la compréhension des processus du client et la recherche de solutions et non sur l’analyse du passé. Le conseil ou toute autre immixtion dans la vie du client est écarté des processus d’accompagnement.

3. Établir et formaliser le cadre et le « contrat » d’accompagnement

Un accompagnement pour qu’il soit réussi, se déroule selon un processus, il a du sens et il s’établit dans un cadre éthique et professionnel. Dans un parcours d’accompagnement, un contrat verbal ou écrit établit les attentes et les limites de chacun.

Cette compétence consiste en la capacité à comprendre les exigences d’une interaction d’accompagnement spécifique et à parvenir à un accord avec le client sur le processus et la relation d’accompagnement.

4. Etablir une relation de confiance et d’intimité avec le client 

Cette compétence porte sur la capacité à créer un environnement sécure et de soutien, source permanente de respect et de confiance mutuels, ce qui implique :

  • de définir préalablement une relation de collaboration avec le client
  • d’établir les attentes du client dans le cadre d’une relation ouverte et honnête
  • de faire preuve d’intégrité, de confidentialité, de respect et de soutien
  • d’avoir une estime positive sans réserve du client.

5. Travail sur le processus lors de la relation d’accompagnement

Dans une relation d’accompagnement, le praticien est conscient de la systémique, du pouvoir de son langage et de sa posture. Il a pour seul objectif de construire et de gérer une relation de confiance porteuse de développement pour le client.

Le conseil, les prescriptions ou toute autre immixtion dans la vie du client n’ont pas leur place dans un tel processus d’accompagnement.

6. Présence du praticien

Il s’agit de la capacité à être complètement sensibilisé et à créer une relation spontanée avec le client en employant un style ouvert, flexible et confiant. Le Praticien fait preuve d’un intérêt significatif sur les opinions, objectifs et besoins du client, sans aucun à priori

7. Écoute active

Il s’agit de la capacité à se concentrer entièrement sur les paroles et le langage non verbal du client, à comprendre le sens des paroles dans le contexte des désirs du client et à soutenir l’expression de soi du client.

Le praticien démontre d’une capacité à écouter sans préjugés et en faisant la distinction entre les mots, le ton de la voix et le langage du corps. Par des techniques de reformulation, il aide le client à gagner en clarté et perspective au lieu de prendre part à l’histoire.

8. Maïeutique de l’accompagnement 

Le praticien a pour objectif de conduire le client à prendre conscience de ses schémas, à les relativiser, à choisir ce qui lui convient le mieux et à faire émerger ses capacités d’apprentissages.

Le rôle du praticien est de poser des questions révélant les informations nécessaires pour faire bénéficier au maximum à la relation d’accompagnement au client. Des questions claires et directes conduisent à de nouvelles connaissances approfondies et font progresser le client.

9. Utilisation d’outils et de techniques de changement

Afin que la conduite au changement se déroule de manière professionnelle, cadrée et dans un processus qui donne du sens, des techniques et des outils professionnels connus sont utilisés. Le Praticien emploie différentes techniques et outils issues de la communication éricksonienne, au service d’une relation favorable au changement.

10. Développement personnel et professionnel permanent

Le praticien poursuit durant toute son activité son développement personnel et professionnel. Des stages, des lectures, des formations, la supervision, des travaux de recherches sont inhérents aux métiers d’accompagnement au changement.


Evaluation des compétences professionnelles en vue de la certification de Praticien en Communication éricksonienne

Les compétences du Praticien sont évaluées au cours du processus de formation par des exercices de mise en pratique, des questionnaires, et par le rapport de certification qui doit être rendu au plus tard 4 mois après la fin de la formation.

Les compétences évaluées pour accéder au certificat de Praticien en communication éricksonienne sont les suivantes :

1. Capacité à respecter les directives éthiques et le code de déontologie du Praticien en communication éricksonienne

  • La communication est orientée sur la compréhension des processus du client et la recherche de solutions et non sur l’analyse du passé (pas de psychothérapie, pas de soin, pas de diagnostic, pas de prescriptions, pas de travail d’analyse du passé).
  • Le conseil ou toute autre immixtion dans la vie du client sont écartés des processus d’accompagnement.

2. Capacité à établir et à formaliser un cadre de travail et un « contrat » d’accompagnement

  • Le cadre de travail et les règles d’accompagnement sont questionnés et négociés avec le client
  • Un axe de travail précis est clairement identifié et reformulé par le client (objectif SMART).

Le candidat n’obtient pas un score suffisant si :

  • Les questions correspondent à un programme ou des problèmes définis par le praticien et non par le client
  • Pas d’objectif clairement défini est formalisé avec le client

3. Capacité à instauration une relation de confiance, de collaboration et de soutient propice au changement

  • Les attentes du client sont recueillies dans le cadre d’une relation ouverte et honnête.
  • Le Praticien fait preuve d’intégrité, de confidentialité, de respect et de soutien.
  • Le Praticien démontre avoir une estime positive sans réserve du client.

Le candidat n’obtient pas un score suffisant si :

  • Il ne tient pas compte de la nécessité de créer une relation de confiance et de coopération.
  • Il ne cherche pas à obtenir des informations auprès du client sur son opinion sur la situation.
  • Il fait preuve d’un intérêt significatif pour son propre avis sur la situation plutôt que celui du client.
  • L’attention semble se porter sur la propre performance du praticien ou la démonstration de sa connaissance du sujet.

4. Capacité à utiliser judicieusement les techniques de la communication éricksonienne

  • Écoute active sans préjugés : capacité à se concentrer entièrement sur les paroles et le langage non verbal du client, à comprendre le sens des paroles dans le contexte des désirs du client et à soutenir l’expression de soi du client.
  • Reformulation : capacité à employer des techniques de reformulation pour aider le client à gagner en clarté et perspective, plutôt que de prendre part à l’histoire.
  • Maïeutique : capacité à poser les bonnes questions pour guider le client vers la prise de conscience de ses schémas, à les relativiser, à choisir ce qui lui convient le mieux et à faire émerger ses capacités d’apprentissages.
  • Communication directe : capacité à énoncer clairement des idées afin de permettre une communication propice à la relation de confiance et au changement

Le candidat n’obtient pas un score suffisant si :

  • Il ne fait pas preuve d’une écoute concentrée sur les paroles du client, et répondant à celles-ci.
  • Il fait uniquement preuve d’une capacité de compréhension par le biais de ses propres perceptions et modèles de réflexion, d’apprentissage et de création et non ceux du client.
  • Il semble écouter pour identifier le domaine où il pourra démontrer sa connaissance du sujet ou indiquer au client la nature de l’action adéquate à réaliser.
  • Il ne respecte pas le rythme du client.
  • Il ne maîtrise pas les outils de la communication éricksonienne directe ou permissive
  • Les questions font rarement appel au langage du client, à son style de réflexion ou de création.
  • Il pose fréquemment des questions informationnelles ou qui maintiennent le client dans le passé ou dans les méandres d’une situation actuelle au lieu d’être tourné vers l’avenir.

5. Capacité à modéliser, à comprendre et à agir sur le processus lors de la relation d’accompagnement, et à mettre en œuvre un protocole d’accompagnement

  • Le Processus du client est compris et retranscrit.
  • L’analyse du processus du client donne lieu à une stratégie d’accompagnement, décrite et expliquée dans le rapport d’accompagnement.

Le Candidat n’obtient pas un score suffisant si :

  • L’attention est portée uniquement sur l’identification du problème ou des points faibles.
  • Le Processus du client n’est pas repéré.
  • La stratégie et les protocoles choisis ne répondent pas au besoin du client.
  • Les ressources et capacités du client ne sont pas mises en valeur.


Evaluation des compétences professionnelles en vue de la certification de Coach Solutionniste

  1. Conscience de soi et respect du cadre éthique
    • Le cadre éthique est respecté (écoute, bienveillance, empathie, non jugement)
    • La communication est adaptée pour créer un climat de confiance favorable à l’accompagnement
  2. Capacité à expliquer le cadre de travail et à formaliser la mission d’accompagnement
    • Le cadre de travail et le processus de coaching sont expliqués
    • Un axe de travail est clairement identifié pour orienter l’intervention de manière précise et favoriser la motivation
    • Le coach utilise les techniques de reformulation afin de s’assurer de la bonne compréhension de l’objectif du client
    • Les indicateurs de réussite pour mesurer l’atteinte de l’objectif sont identifiés
  3. Capacité à analyser des situations, des personnes, et les processus d’organisation
    • La communication est orientée sur la compréhension des processus du client et la recherche de solutions et non sur l’analyse du passé.
    • Les questions posées sont claires, directes, et principalement ouvertes, une à la fois, à un rythme qui autorise la réflexion du client
    • De nouvelles connaissances faisant progresser l’interlocuteur sont recueillies
    • Le coach partage ses observations, intuitions, commentaires, pensées et ressentis sans s’attacher à leur exactitude et sans vouloir avoir raison.
    • L’analyse de la demande, de la situation du client et de ses schémas de fonctionnement est formalisée
  4. Capacité à développer une relation de collaboration et de confiance propices à la prise de conscience et au changement
    • La communication est propice à créer un rapport de confiance et d’accompagnement solide (bonne synchronisation etc.)
    • Le coach favorise une communication laissant essentiellement la place à l’expression du client (temps de parole, écoute, reformulation)
    • Le coach fait preuve d’une communication claire et dans un style direct
    • Le conseil, le jugement ou toute autre immixtion dans la vie de l’interlocuteur est écarté des processus d’accompagnement.
    • Différentes techniques et outils issues du coaching solutionniste sont employées au service d’une relation favorable au changement
  5. Capacité à identifier les moteurs motivationnels et les obstacles
    • Les ressources du client sont identifiées et mises en valeur
    • L’écoute active est utilisée pour clarifier et approfondir les situations évoquées
    • Les émotions sous-jacentes sont identifiées et prises en compte dans la situation
    • Les questions permettent d’identifier des difficultés en vue de favoriser les prises de conscience
    • Le coach identifie et valorise les progrès qui permettent de motiver le changement
  6. Capacité à accompagner le client dans la recherche et la construction de solutions
    • Le client est accompagné dans la prise de conscience et les apprentissages
    • Le coach met en œuvre des techniques favorables au changement et à la construction de solutions
    • L’orientation du processus de coaching vise à concevoir des idées/actions que le client adoptera après la session de manière à continuer d’avancer vers son résultat désiré́
  7. Capacité à créer des opportunités d’apprentissage en vue d’atteindre les résultats souhaités.
    • Les questions sont orientées pour développer de nouvelles perspectives et apprentissages pour le client
    • Le questionnement permet de faire émerger des prises de conscience
    • Le coach invite le client à nommer et explorer son apprentissage dans la session au sujet de sa situation
  8. Capacité à créer le processus coaching, formaliser le plan d’accompagnement, gérer les progrès et la responsabilité
    • Un plan d’encadrement efficace est développé et maintenu avec la personne
    • Le cadre fixé et les engagements de temps sont respectés
    • L’attention est maintenue sur ce qui est important pour le client et la responsabilité est laissée entre les mains du client pour ses propres actions.
    • Le Coach fait usage d’un feedback clair, pertinent et permanent pour valider les différentes étapes franchies
    • Le Coach accompagne le client à concevoir les meilleures méthodes, planning pour installer ses actions dans sa réalité
    • Le Coach invite le Client à faire un feedback
    • Le Coach note et exprime les progrès du client