Hypnose permissive : Exemple d’induction d’un état d’hypnose par questionnement (Erickson & Rossi)

    Ci-dessous une induction d’hypnose par questionnement idéo-dynamique, en vue d’obtenir une lévitation (Erickson et Rossi -1979). L’intérêt de ce type de suggestions indirectes par questionnement est de contourner les « résistances », mais surtout de permettre au sujet de développer suffisamment d’autonomie dans sa transe et de possibilités pour mener un réel travail thérapeutique.

    Car à l’inverse, l’hypnotiseur qui emploie uniquement des suggestions directes (tel que cela se fait en hypnose classique ou en hypnose de spectacle) induit un état de transe « docile », où le sujet est réduit à un fonctionnement « automatique », qui permettra certes de programmer un sujet réceptif et consentant, mais les suggestions acceptées dans cet état d’hypnose auront de grandes chances d’être rejetées après le réveil, car elles seront inadaptées et ne trouveront pas leur place dans la synthèse qui correspond à l’état de conscience ordinaire.

    Pour aller plus loin et apprendre à travailler avec les résistances en hypnose, nous vous recommandons le stage « hypnose avancée : résistances et intuition » animé par Antoine Garnier.

    hypnose permissive - induction par questionnement

    « Voudriez-vous choisir un point que vous pourriez regarder de manière confortable ? Et alors que vous continuez à regarder ce point pour un moment, est-ce que vous paupières ont envie de cligner ? Est-ce que ces paupières vont commencer à cligner ensemble ou séparément ? Lentement ou rapidement ? Vont-elles se fermer d’un seul coup ou bien commencer par battre d’elles-mêmes d’abord ? Est-ce que ces yeux vont se fermer de plus en plus en même temps que vous êtes de plus en plus à l’aise ? C’est bien.

    Est-ce que ces yeux peuvent rester fermés en même temps que votre confort s’approfondit comme lorsque vous vous endormez ? Est-ce que ce confort peut continuer de plus en plus au point que vous feriez mieux de ne même pas essayer d’ouvrir les yeux ? Ou bien préférez-vous essayer et découvrir que vous ne pouvez pas ? Et allez-vous rapidement les oublier tout à fait parce que votre inconscient veux rêver ? »

    « Pouvez-vous vous sentir à l’aise en laissant vos mains reposer doucement sur vos cuisses ? (Le thérapeute en fait la démonstration.) C’est bien, sans les laisser se toucher l’une l’autre. Pouvez-vous laisser ces mains reposer vraiment légèrement pour que seuls les bouts des doigts touchent à peine les cuisses ? C’est bien. Et alors qu’elles reposent vraiment légèrement, est-ce que vous remarquez comme elles ont tendance à se soulever un peu par elles-mêmes à chaque respiration que vous prenez ? Est-ce qu’elle commencent à s’élever encore plus légèrement et facilement d’elles-mêmes en même temps que tout le reste votre corps se détend de plus en plus ?

    Et alors que cela se poursuit, est-ce qu’une main, ou bien l’autre, ou bien les deux peut-être, continuent à s’élever encore plus ? Et est-ce que cette main reste en l’air et continue à s’élever de plus en plus, petit à petit, d’elles-mêmes ? Est-ce que l’autre main veut la rattraper ou bien est-ce que l’autre main veut se détendre sur votre cuisse ? C’est bien. Est-ce que cette main continue à s’élever avec ces petites secousses légères, où est-ce que la montée devient de plus en plus régulière en même temps que la main continue à monter vers votre visage ? Est-ce qu’elle se déplace plus vite ou plus lentement au fur et à mesure qu’elle se rapproche de votre visage avec un confort de plus en plus profond ? A-t-elle besoin de faire une petite pause avant de finir par toucher votre visage afin que vous puissiez savoir que vous entrez dans une transe ? Et elle ne va pas toucher avant que votre inconscient soit vraiment prêt à vous laisser aller plus profond, n’est-ce pas ?

    Et votre corps va-t-il prendre automatiquement une inspiration profonde lorsque cette main touche votre visage et que vous vous relaxez vraiment et que vous ressentez que vous allez plus profondément ? C’est bien. Et allez vous seulement prendre la peine de remarquer la sensation de confort de plus en plus profond quand cette main retourne lentement d’elle-même sur votre cuisse ? Et votre esprit inconscient sera-t-il en train de rêver au moment où cette main vient se reposer ? »

    Dominik

      Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.