PNL et confiance en soi : l’utilisation de l’ancrage

Dans cet article, Bernard Mananes partage avec nous son expérience de Praticien en hypnose et en PNL, et notamment sur la pertinence et les bénéfices de la PNL (Programmation Neuro Linguistique) pour prendre confiance en soi.

Parmi le florilège de demandes que nous pouvons avoir en cabinet, certaines reviennent plus que d’autres. Dans le trio de tête : améliorer sa confiance en soi.

Mais derrière ce terme, quelle réalité se cache, et quelle action peut avoir la Programmation Neuro-Linguistique ( PNL) ? Tour d’horizon.

La scène se déroule de multiples fois, dans de multiples cabinets, partout dans l’Hexagone… Une femme, un homme, vient nous trouver pour recouvrer une confiance en soi prétendument perdue, ou qui, même, selon ses dires, n’a jamais existé. Souvent, l’air est triste, presque désolé de venir nous déranger avec ce manque, cette absence pourtant trop présente.

Comme souvent, il va s’agir de circonscrire la demande, c’est un peu comme lorsque l’on vient nous voir pour ce fameux, ce tant vanté «  lâcher prise ».. Lâcher oui, mais quoi ?

De même, la confiance en soi peut avoir plusieurs entrées, plusieurs acceptions possibles : s’agit-il d’un manque général de confiance, dans tous les aspects de sa vie, d’une problématique liée à certains comportements particuliers, le manque de confiance ne se révélant alors qu’à l’aune de moments bien particuliers : lors de réunions professionnelles, dans la sphère privée ? 

Redéfinir et faire préciser exactement ce qu’est ce manque, c’est non seulement acter sa présence, mais donner l’occasion au client de mieux circonscrire sa demande, mieux la préciser et, de fait, mieux comprendre ce qu’il recherche.

En posture d’accompagnant, cela va également nous permettre, notamment par la calibration, le questionnement dynamique et l’ensemble des stratégies qu’ont développé Richard Bandler et John Grinder grâce à l’outil de la PNL, de mieux cerner et de se mettre dans une posture quasi socratique, maïeuticienne.

Ce questionnement dynamique doit permettre de faire émerger les solutions les plus pérennes pour le client. L’idée selon laquelle nous sommes notre propre réservoir de ressources, un des présupposés PNListe qui prend ici tout son sens.

Ces ressources intérieures peuvent prendre appui sur un souvenir, sur un moment que l’accompagné va pouvoir faire émerger. Ce moment est un moment signifiant, fondateur. Il est l’instant où il a pu ressentir, dans sa vie, dans son passé, ce qui ressemble le plus pour lui, à cet instant, à l’état désiré et parfois fantasmé : cette fameuse confiance en soi.

« Connais toi toi-même »

Il s’agit parfois du moment le plus délicat, mais également le plus fin en termes de travail pour le praticien en PNL, car nous sommes vraiment là au cœur de la démarche «  d’accouchement » socratique dont nous parlions plus avant, de faire éclore une idée qui n’est pas une évidence, de démontrer, comme a pu le signifier François Roustan dans Le Secret de Socrate pour changer la Vie,  que le questionnement précède le changement. Que c’est lui le moteur du mouvement, de cette fameuse dynamique de tout le reste. Questionner, c’est fracturer la certitude, et c’est laisser la place à un doute positif, prélude à un changement. Faire vaciller une idée préconçue, c’est permettre l’éclosion d’autre chose, et c’est là encore se rapprocher d’un des présupposés les plus célèbres de la Programmation Neuro-Linguistique : si ce que tu fais ne marche pas, fais tout autre chose.

Par un travail lié aux sous-modalités, il s’agira alors d’amplifier ce sentiment, appeler ce rappel, laisser venir et amplifier ce souvenir afin de permettre au client de ressentir, littéralement « sentir à nouveau », toutes les sensations recherchées.

Il s’agit alors, pour nous, de déplacer ce moment de la sphère de la mémoire, du passé, vers un présent promesse d’avenir. Il s’agit presque d’agir en archéologue de l’esprit, d’aller rechercher où elle se trouve ce gisement d’émotions destiné à devenir le carburant du renouveau pour notre client.

La technique de l’ancrage PNL

La technique de l’ancrage, typiquement PNL, mais que l’on peut également retrouver en hypnose, va nous permettre d’inscrire, de graver cette nouvelle ressource.

Car une ressource ignorée n’est d’aucune utilité, elle est comme un gisement d’or qui serait inconnu sous nos pieds, elle ne nous sert à rien tant qu’elle n’est pas dévoilée et exploitée dans le plus strict respect des valeurs profondes de ceux qui viennent nous voir.

Cette technique, très utilisée, permet de vrais changements au bénéfice immédiat pour celles et ceux que nous rencontrons. Par l’ancrage, il ne s’agit ni plus ni moins que d’intégrer un véritable interrupteur à émotion. Permettre de créer un déclencheur donnant tout loisir à celui qui l’enclenche de sentir un mieux être immédiat, en rapport avec la demande initiale.

D’autres, comme la « ligne de vie », peuvent permettre de remonter à un certain moment de l’existence de l’accompagné et lui donner une perspective de réécriture de sa propre histoire de vie. C’est presque un palimpseste mental qu’il s’agit de développer  pour permettre, par la suite  d’autres possibilités pour avancer dans son existence.

Nous n’avons fait que survoler les immenses possibilités qu’offre la PNL  comme technique de changement. Toute cette « magie structurée » pour paraphraser un des livres fondateur de cet « art », et j’ose le mot, donne des résultats rapides, profonds, et qui, je l’avoue, ne cessent de m’étonner.

Bernard Mananes est maître-praticien et formateur en hypnose ericksonienne, praticien en Programmation Neuro-Linguistique et intervient dans le Supérieur en psychosociologie et en communication. Il exerce en Gironde : www.bordeaux-hypnoses.fr

Dominik

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.