L’hypnose profonde et son induction – par le Docteur Milton H. Erickson

« L’hypnose profonde et son induction » : un article fondamental d’Erickson au sujet des résistances en hypnose et des moyens de les contourner

Hypnose conversationnelle hypnose profonde exemple milton erickson

« Les hypnotistes peu expérimentés ont tendance à essayer, au cours de l’induction de la transe, de diriger ou de contrôler le comportement du sujet pour qu’il soit conforme à leur conception de la façon dont un sujet « doit » se comporter.

Il faut en ce domaine toujours minimiser le rôle de l’hypnotiste et mettre constamment en valeur le rôle du sujet.

On peut citer en exemple un sujet volontaire, qui servit plus tard à enseigner l’hypnose à des étudiants en médecine. Après une présentation générale de l’hypnose, elle manifesta le désir d’entrer en transe sur le champ. Je lui suggérai de choisir la chaise et la position qui lui sembleraient les plus confortables.

Quand elle se fut installée à sa convenance, elle déclara qu’elle aimerait bien fumer une cigarette. On lui en donna une aussitôt et elle commença à fumer tranquillement, observant d’un air pensif les volutes de fumée. Sur le ton de la conversation, je lui fis quelques remarques sur le plaisir de fumer et d’observer les volutes de fumée, sur son sentiment de bien-être quand elle portait la cigarette à sa bouche, sur la sensation de satisfaction intérieure qu’elle pouvait éprouver à être complètement absorbée par le fait de fumer agréablement, sans attendre quoi que ce soit de l’extérieur.

Puis, je fis quelques remarques d’apparence anodines sur le fait d’inspirer et de souffler, mots que j’énonçais au rythme de sa respiration. J’évoquai aussi la facilité avec laquelle elle pouvait presque automatiquement élever sa cigarette jusqu’à sa bouche, puis abaisser ensuite le bras jusqu’à l’accoudoir du siège.

Ces remarques étaient également émises au moment où elle faisait le geste correspondant. Bientôt, les mots « inspirer » et « souffler », « élever » et « abaisser » commencèrent à la conditionner, sans qu’elle s’en rende compte puisque ces suggestions avaient l’apparence d’une conversation ordinaire. De même, je lui donnai des suggestions banales dans lesquelles les mots « dormir », « endormie » et « sommeil » étaient prononcés en suivant les mouvements de ses paupières.

Avant d’avoir fini sa cigarette, elle était en transe légère. Je lui fis alors la suggestion qu’elle pourrait continuer à prendre plaisir à fumer tout en dormant de plus en plus profondément ; que je m’occuperais de sa cigarette pendant qu’elle serait absorbée de plus en plus totalement dans un profond sommeil ; que, tout en dormant, elle continuerait à avoir les sensations agréables qu’elle avait en fumant. Il s’ensuivit une transe profonde satisfaisante, et je l’entraînai longuement pour lui apprendre à réagir selon ses propres schémas inconscients de fonctionnement.

Par la suite, l’auteur la présenta à maintes reprises à des groupes d’étudiants en médecine pour qu’ils travaillent avec elle comme sujet volontaire. Pour l’essentiel, elle se comportait avec eux comme elle l’avait fait avec l’auteur, mais les étudiants réagissaient de différentes manières à sa requête de fumer une cigarette.

Certains la dissuadaient avec tact de remettre ainsi à plus tard l’induction de transe, d’autres se mettaient à fumer avec elle, et d’autres encore attendaient patiemment qu’elle ait fini. Ce n’est qu’après avoir réglé d’une manière ou d’une autre la question de la cigarette qu’ils lui permettaient de s’atteler à sa tâche d’être hypnotisée. Dans tous les cas, le résultat était un échec.

Lors de la dernière réunion avec tous les étudiants qui avaient participé à ce travail, deux autres étudiants furent introduits séparément pour tenter de l’hypnotiser. L’auteur avait raconté à ces deux étudiants comment il avait utilisé le comportement du sujet, comme nous l’avons décrit ci-dessus. Tous les deux induisirent des transes profondes. Les autres étudiants, en suivant ces exemples, réussirent aussi par la suite. »

Dr Milton H. Erickson, 1952

Comment induire un état d’hypnose profonde ?

« Le pas crucial qui consiste à franchir le fossé qui sépare l’hypnose légère d’une transe profonde peut souvent être accompli facilement en laissant le sujet assumer l’entière responsabilité de cette progression au lieu de faire appel à l’utilisation par l’hypnotiste d’une masse de suggestions convaincantes.

La méthode que j’emploie habituellement consiste à suggérer au sujet de continuer à dormir de plus en plus profondément et pour sa propre satisfaction, et que, ce faisant, sa main va automatiquement, involontairement et peut-être même sans qu’il le sache, lentement monter toucher son visage. Cependant, sa main ne va pas et ne doit pas toucher son visage avant qu’il ne soit dans une transe profonde. Dès lors, le fait de toucher son visage va être simplement un signal qui lui permettra de réaliser qu’il est dans une transe profonde.

Ainsi, on donne des suggestions au sujet, mais leur exécution, la rapidité et la durée de la réponse, et leur efficacité sont laissées à la responsabilité du sujet, et dépendent des processus qui prennent place à l’intérieur de celui-ci et en relation avec ses propres besoins. De cette manière, les suggestions sont données pour servir une fonction plus importante que celle de déclencher une obéissance passive à l’hypnotiste. Par conséquent, l’hypnose devient une expérience essentielle pour la personne, au cours de laquelle l’hypnotiste joue avant tout le rôle d’instrument, qui guide ou oriente simplement les processus qui se développent chez le sujet »

Extrait de : « Techniques hypnotiques pour le traitement des troubles psychiatriques aigus en situation de guerre. – Intégrale des articles de Milton Erickson, Tome IV

Dominik

  1. EL AOUFI left a comment on 22 octobre 2022 at 23 h 28 min

    Je suis intéressé par une formation en hypnose
    Merci

  2. […] L’hypnose profonde et son induction » un-article fondamental-d’Erickson au sujet des-resistanc… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.