L’inconscient est-il intelligent ? Peux-t-on lui faire confiance ?

Le point de vue passionnant de Bill O’Hanlon, élève d’Erickson (extrait d’un séminaire donnée à Hilton Head – Caroline du Sud – décembre 1989).

L’inconscient dans l’approche éricksonienne

L'inconscient est-il intelligent ?

Dans l’approche éricksonienne, le mot « inconscient » recouvre des notions différentes de l’idée freudienne d’impulsions refoulées et de pulsions primitives que le mois ou le surmoi doivent contrôler. Erickson a utilisé le concept d’inconscient de plusieurs manières :

  • L’une de ses conceptions rappelle un peu le préconscient de Freud, une sorte de réserve de toutes ces choses que vous ne conservez pas dans votre esprit conscient, mais dont vous pourriez vous rappeler si vous le vouliez.
  • Une autre définition Ericksonienne de l’inconscient est qu’il est votre moi profond et sage.
  • Une troisième définition fait de votre inconscient un juke-box de vos apprentissages, c’est-à-dire de vos souvenirs. Quand vous appuyez sur le bouton commande, il stimule une opération cérébrale particulière et vous vous souvenez de certaines choses. Il est comme un juke-box pour les informations que vous avez mise en réserve, que vous ne gardez pas dans votre esprit conscient et que peut-être vous ne pouvez pas retrouver de manière délibérée. Dans ce sens, ce n’est même pas du préconscient. Dans cette troisième définition, l’inconscient est formé des souvenirs sensoriels qui vous viennent de votre propre expérience.

Cette troisième définition est plus intéressante au regard du sujet de ce matin. Elle fait référence à toutes ces choses que vous faites en pilotage automatique. Erickson avait l’habitude de dire : « faites confiance à votre inconscient » et vous entendrez dire : « votre inconscient et créatif et intelligent, c’est une partie sage de vous-même, plus avisé que la partie consciente vous-même, qui est bloqué par des croyances limitantes auxquelles vous tenez consciemment. » 

Notre inconscient est-il intelligent et créatif ???

Vous verrez tout à l’heure un enregistrement d’une séance de travail de mon ami Joe Barber, de Los Angeles. Il lui arrive d’être particulièrement critique envers le milieu éricksonien, envers l’image de « gourou » de Erickson et envers ceux qui portent des pyjamas pourpres ! Il connaît aussi mon côté irrévérencieux. Alors que nous mangions ensemble lors d’un congrès ericksonien, il m’a dit :

« si tu savais comme ces ericksoniens me rendent fou à tourner en rond en répétant « faites confiance à votre inconscient, votre inconscient est intelligent et créatif » ne savent-ils donc pas que l’inconscient est bête, bête ? ! »

Cela m’a fortement interpellé, parce qu’ayant été très influencé par Erickson, je dois admettre que je considérais l’inconscient comme intelligent et créatif. Alors, j’ai pensé qu’il serait bon d’y réfléchir, car c’est une bonne chose de remettre en question les croyances figées et rigides que l’on a.

Au cours des années, j’ai arrangé les choses à ma façon, et voici ma conclusion :

L’inconscient est intelligent dans les domaines où il est intelligent, il est bête dans les domaines où il est bête, il y a des choses à propos desquelles il est intelligent et pour lesquelles c’est bête d’être intelligent.

Ce n’est pas une technique de confusion, c’est un peu plus clair. Permettez-moi de préciser ces notions.

« mon inconscient est intelligent dans les domaines où il est intelligent… »

Partons de l’idée que votre inconscient est intelligent dans les domaines où il est intelligent. Cela signifie que si vous savez jouer au tennis, si vous pratiquez assidûment, si vous devenez un bon joueur, si vous jouez, pratiquez et prenez des leçons, et si vous jouez souvent, vous êtes vraiment un bon joueur de tennis. Alors, quand vous vous présentez sur le cours, vous devez jouer en faisant confiance à votre inconscient. Votre inconscient est intelligent pour ce qui est de jouer au tennis, et vous ne devez pas sortir de cette idée, parce que si vous essayez de jouer au tennis consciemment ou d’y réfléchir consciemment, vous allez jouer beaucoup plus mal.

Si vous savez taper à la machine, vous devez faire confiance à votre inconscient pour taper, ne pas regarder les touches, ne pas y réfléchir. Si vous réfléchissez à la manière de frapper, cela va être beaucoup plus difficile et beaucoup plus long. L’une des caractéristiques de l’inconscient, c’est qu’il fait les choses automatiquement. Quand vous savez conduire une voiture, vous le faites automatiquement, vous ne vous demandez pas comment freiner ou embrayer, une fois que vous avez appris et que votre inconscient est devenu intelligent dans ce domaine, vous n’avez plus besoin d’y réfléchir.

« mon inconscient est bête dans les domaines où il est bête… »

Je pourrais faire cette conférence tout en jouant à la guitare un morceau difficile, parce que pour ces deux activités, jouer de la guitare et donner la conférence, je suis passé en pilotage automatique. Mon inconscient est intelligent dans le domaine de la guitare. Par contre, si je prenais un banjo, je ne pourrais rester debout et jouer. Je ne pourrai pas me tenir là et me laisser guider par mon inspiration, et donner toute liberté à ma muse parce que le résultat serait horrible dans ces conditions. Mon inconscient est bête en ce qui concerne le banjo et intelligent en ce qui concerne la guitare. Mon inconscient est stupide dans le domaine du tennis, et donc je ne devrais pas me présenter sur un cours et faire confiance à mon inconscient, parce que ça ne marcherait pas. Il faudrait que je joue avec beaucoup d’attention et que j’essaie d’apprendre, d’y réfléchir, et que je pratique beaucoup, que j’y consacre du temps et que je fasse des fautes. Cela pourrait permettre à mon inconscient de devenir intelligent dans ce domaine, il me faudrait beaucoup de pratique pour y être à l’aise.

Mon inconscient est bête dans les domaines où il est bête. Je ne sais pas taper à la machine, je ne suis pas un bon dactylographe, c’est pourquoi, si je me contentais de frapper sur toutes les touches qui me sembleraient convenir, ça ne marcherait pas. 

« parfois l’inconscient est intelligent dans des domaines où il est bête d’être intelligent »

Venons maintenant à ma dernière notion : parfois l’inconscient est intelligent dans des domaines où il est bête d’être intelligent; cela nous ramène à l’approche naturaliste de Erickson : parfois, nous sommes devenus naturellement intelligent dans des domaines où, selon le contexte, il est idiot d’être intelligent.

Par exemple : si j’ai été maintes fois abusé physiquement ou sexuellement dans mon enfance, j’ai pu apprendre à y faire face en dissociant mon corps du reste de l’expérience.

Wayne s’est dissocié hier, mais il a fait en étant dirigé, guidé. Quand vous le faites de manière spontanée tout au long de votre vie parce que vous avez été abusé, vous devenez très fort, très compétent pour la dissociation automatique. C’est effectivement une très bonne chose à faire pour suivre survivre à ce genre d’abus et semble que des victimes le fasse spontanément de. C’est une aptitude très importante pour survivre. Quand vous grandissez, vous quittez ce contexte d’abus, vous entrez dans un nouveau contexte, par exemple un mariage ou une relation. Et malheureusement, quand votre partenaire sexuel commence à vous approcher, vous vous dissociez, vous n’êtes plus là. La situation n’a rien de menaçant puisque votre partenaire n’a jamais abusé de vous, mais votre inconscient est tellement expert en dissociation que vous le faites automatiquement. Vous le faites inconsciemment. Votre inconscient est intelligent dans un domaine où il est idiot d’être intelligent, dans cette situation. 

Autre exemple : Pendant des années, une douleur a pu vous être utile en tant que signal. Maintenant, vous avez une douleur chronique qui n’a plus pour vous la moindre valeur de signal, par exemple, vous souffrez d’arthrose, ou vous avez un cancer en phase terminale.

Il n’est plus alors aussi utile ni intelligent de remarquer cette douleur, mais vous avez des années et des années de pratique dans la perception de la douleur. Ainsi, votre inconscient est intelligent dans un domaine où il est idiot d’être intelligent dans ce contexte.

Dominik

  1. Jamilou left a comment on 27 novembre 2020 at 12 h 22 min

    Doit on faire confiance à l’inconscient

    • Dominik left a comment on 29 novembre 2020 at 13 h 06 min

      Si l’on entend par inconscient notre part émotionnelle et notre réservoir de souvenirs et d’apprentissages, il est en tout cas bon d’écouter de temps en temps ce qu’il a à nous dire… Et il est utile parfois de faire une mise à jour de certains automatismes et réactions qui seraient obsolètes ou insatisfaisantes. Il s’agit alors d’installer de nouveaux apprentissages (comme par exemple avec la méthode décrite ici : https://hansen-hypnose.com/signaling/). Qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.